Chaussure De Foot Nike Junior Mercurial Superfly V DF FG Bleu Armory Bleu Marine La Légion étrangère du football français

La Légion étrangère du football français

Soldes chaussures foot chaussures de football nike pas cher merci d’essayer de nouveau. L’adresse email et/ou le mot de passe entrés n’ont pas été reconnus. Merci d’essayer de nouveau. This Facebook account is already present Votre compte du Club a été bloqué en raison d’un non respect des règles. Merci de créer un nouveau compte en accord avec les règles du Club. Consultez les règles du Club. Alternativement, vous pouvez nous contacter en remplissant notre formulaire de contact. Veuillez saisir un E mail valide L’adresse email et/ou le mot de passe entrés n’ont pas été reconnus. Merci d’essayer de nouveau. Des Anglais, pionniers du football, aux premiers immigrés naturalisés de l’équipe de France, l’exposition parrainée par la FIFA revient sur plus d’un siècle de mutation sociale et sportive.

Le chaussures de football nike pas cher 12 juillet 1998, l’équipe de France vient de remporter sa Coupe du Monde en dominant le Brésil en finale sur le score de 3:0. La liesse gagne tout le pays. Des centaines de milliers de personnes investissent les Champs lysées à Paris afin de célébrer le sacre de son équipe métissée, « Black Blanc Beur, censée représenter un véritable modèle d’intégration. Douze ans plus tard, à l’orée de la Coupe du Monde de la FIFA, qui se déroulait pour la première fois de l’histoire sur le continent africain, la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, située dans le 12ème arrondissement chaussures de football nike pas cher de Paris, a décidé de se pencher sur la corrélation entre le football et l’immigration à travers une rétrospective analysant le phénomène universel qu’est le football.

L’exposition « Allez la France! Football et immigration » comporte quatre parties : les origines anglaises du football et sa diffusion en France, l’apport des joueurs étrangers dans le championnat de France depuis sa création en 1932, les différentes générations de joueurs de l’équipe de France issus de l’immigration de 1938 à 1998 et enfin, le « Café des sports, lieu d’échange de de débats.

Inaugurée le 26 mai 2010, et devant initialement fermer ses portes en octobre 2010, l’exposition a connu un tel succès que ses organisateurs ont décidé de la prolonger jusqu’au 2 janvier dernier. « La Cité nationale de l’histoire de l’immigration voulait aborder de manière thématique l’histoire de l’immigration. Le thème du football était intéressant puisque la Coupe du Monde 2010 se profilait, indique Fabrice Grognet, commissaire de l’exposition, pour FIFA World. « ‘Allez la France! Football et immigration » connaît un succès d’estime par rapport à la presse mais aussi aux yeux des groupes scolaires. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de prolonger l’exposition, renchérit il.

« Made in England »

peine entrés dans cette salle recouverte de pelouse synthétique, les visiteurs peuvent déjà s’imprégner de l’ambiance des stades et de ses chants de supporters grâce à de savoureux extraits sonores. La première partie de l’exposition est focalisée sur la genèse du football, né en Angleterre au milieu du XIXème siècle. Derrière des vitrines, une ribambelle de reliques prêtées par la FIFA, la FFF, le National Football Museum de Preston, au Royaume Uni, ainsi que le Musée National du Sport en France. Parmi ces objets illustrant cette rétrospective, on peut trouver les premières panoplies des footballeurs, telles des casquettes en velours des écoles anglaises, des pantalons assez amples, ancêtres du short, ainsi que des chaussures et des ballons de football en cuir rappelant combien le football a évolué.

Au centre de cet espace d’introduction, une réplique miniature du stade Maracan accueille un match de football ou les joueurs sont des figurines en bronze datant du début du XXème siècle. Le thème de l’immigration intervient ensuite pour la première fois au moment d’aborder la diffusion du football en France. On peut apercevoir le fanion et maillot du club doyen de France : Le Havre Athletic Club, fondé en 1872 par des immigrants anglais résidant en Normandie. Le club arbore les couleurs ciel et marine en hommage aux universités d’Oxford et Cambridge. En France, le football soldes chaussures foot avait à l’origine un côté un peu élitiste et se pratiquait à l’armée ou encore dans des grandes écoles. Des photos prises à la fin du XIXème siècle, immortalisant un entraînement de l’cole alsacienne au Bois de Boulogne, en périphérie de Paris, e démontre. La chaussures de football nike pas cher popularisation du football en France se fera grâce à la Première Guerre mondiale.

« Pendant la guerre des tranchées, il y a eu pas mal de temps sans le moindre combat et à partir de là, ceux qui étaient conscrits et qui avaient pratiqué le football l’ont diffusé une fois rentrés au bercail, atteste Fabrice Grognet. Plus tard, dans les années 1920, apparait une tendance consistant à recruter de nombreux joueurs étrangers. Le FC Sochaux et de son fondateur Jean Pierre Peugeot, magnat de l’automobile, ainsi que le Stade Rennais d’Isidore Odorico, sont tous deux précurseurs de la professionnalisation du football en France. « Peugeot a créé ce club pour donner une image à sa marque et également pour fédérer ses ouvriers autour du nom de la marque. Il a essayé de créer une équipe de rêve en recrutant des Uruguayens, des Suisses ou des Anglais, témoigne le commissaire de l’exposition.

Le football est alors toujours un sport amateur en France et cela pose problème. Le club est radié du championnat de France et Jean Pierre Peugeot créé sa coupe éponyme en 1930, que l’on peut admirer derrière la vitrine consacrée au début du professionnalisme en France.

Place ensuite à la deuxième partie de l’exposition qui présente le championnat de France tel un miroir de la société française. Des totems érigés en plein milieu de la salle, représentent onze joueurs étrangers ayant brillé dans le championnat de France. On y trouve notamment Rudolph Hiden, gardien de but d’origine autrichienne et Pedro Duhart, d’origine uruguayenne, tous deux naturalisés français dans les années 1930, mais aussi le Portugais Pedro Miguel Pauleta, l’Argentin Osvaldo Piazza et le Malien Salif Keita pour ne citer qu’eux. Des portraits, profils et tuniques de ceux qu’on pourrait appeler les « réservistes » de ce onze type sont aussi exposés. Les Algériens Nourredine Kourichi et Moustapha Dahleb ou encore le Béninois Jean Marc Adjovi Boco en font partie.

partir de 1960, les clubs français commencent à chercher dans les anciennes colonies, et notamment en Afrique. Le Camerounais Eugène N’jo Lea et le Malien Salif Keita ont ouvert la voie au Libérien George Weah, au Ghanéen Abedi Pelé et à l’Ivoirien Didier Drogba. Une borne audiovisuelle diffuse un reportage retraçant le parcours et recueillant les impressions de Salif Keita, ancien attaquant de l’AS Saint tienne et actuellement président de la Fédération Malienne de Football. Une autre borne permet d’écouter soldes chaussures foot le point de vue du Camerounais Joseph Antoine Bell, figure emblématique de la lutte contre le racisme dans le football en France dans les années 1980. L’ancien gardien de l’Olympique de Marseille et des Girondins de Bordeaux évoque les difficultés d’intégration rencontrées par les joueurs africains à l’époque.

Figures et générations

La troisième et avant dernière partie revient sur quatre générations de l’équipe de France entre 1938 et 1998. Derrière les vitrines figurent des articles fournis par la FIFA relatifs à la première Coupe du Monde de football, Uruguay 1930. proximité, un petit écran placé à même

Des images de la finale de la Coupe du Monde de France 1998 sont diffusées afin de redonner des frissons aux visiteurs et les rappeler aux bons souvenirs de cette France « Black Blanc Beur » qui gagne.  » la différence d’autres sélections, l’équipe de France a rapidement compté dans ses rangs des joueurs naturalisés ainsi que des joueurs issus de l’immigration ou des colonies parmi lesquels quelques uns sont devenus de véritables stars, témoigne Fabrice Grognet. « Même si ce qui était au départ un sport est devenu aujourd’hui de la politique. Les performances ne sont plus jugées en tant que telles mais ce sont les individus qui le sont. Aujourd’hui, quand l’équipe de France réalise une contre performance, certaines personnes s’indignent et s’en prennent à ces joueurs issus de l’immigration,

Le « Café des sports, lieu social imaginaire, reconstitué et conçu comme lieu d’échanges et de débats, est l’ultime partie de l’exposition. Quelques tables de bistrot font office d’écrans permettant de visionner des images ayant pour thème la revendication d’une appartenance à un territoire local, à une nation ou à une identité. Trois bornes audiovisuelles évoquent la rivalité entre le Paris Saint Germain et l’Olympique de Marseille, deux clubs rivaux du championnat de France, l’envahissement de la pelouse du Stade de France lors du match amical opposant la France à l’Algérie en 2001 et la situation des immigrés portugais en région parisienne dans les années 1980. « On n’est pas porteur d’une seule identité mais de plusieurs identités, conclut Fabrice Grognet chaussures de football nike pas cher.